Les personnes en surpoids et obèses, même à des degrés différents, sont caractérisées par un excès de graisse, qui s’accumule dans le tissu adipeux.

On a longtemps pensé que ce tissu adipeux était un simple tissu de dépôt des réserves énergétiques.

En réalité, le tissu adipeux exerce d’autres fonctions très importantes parmi lesquelles la production de substances biologiquement actives appelées « adipokines », capables de régler le métabolisme des graisses et autres fonctions physiologiques.

Lorsqu’il est surchargé d’un excès de graisse, le tissu adipeux libère surtout des adipokines de type inflammatoire qui ont des conséquences négatives sur l’ensemble de l’organisme, en augmentant le risque de maladies métaboliques et cardiovasculaires.

La graisse contenue dans l’abdomen, graisse viscérale, est capable de produire des cytokines inflammatoires en plus grande quantité par rapport à la graisse des autres régions de l’organisme.

C’est pourquoi une majeure attention doit être portée non seulement sur les kilos en trop mais aussi sur la distribution de la graisse et en particulier sur la valeur de la circonférence ombilicale.

À la lumière de ces résultats, tous ceux dont le poids et le BMI se trouvent dans un intervalle normal, doivent toutefois contrôler la circonférence abdominale parce qu’elle résulte un facteur de risque indépendant du poids.